Programme Régional GERME
Programme Régional GERME

5 : DEVELOPPEMENT DE l'écomusee

L'idée de ce projet est ancienne. Elle date de notre arrivée à Podor quand, avec Jean Jacques Bancal, alors président du Syndicat d'initiatives de Saint-Louis et de sa région, nous avons discuté du montage de plusieurs actions pour développer le tourisme à Podor : une restauration de façade, un stage de poterie, et ce projet de création de comptoirs des 19e et 20e siècles..

Nous avons opté pour le concept d'écomusée pour donner au projet une dimension historique et pédagogique, car les élèves des écoles de Podor pourront y découvrir l'histoire de Podor, du commerce lié à la navigation fluviale, des produits d'hier, comparés, pour certains, à des produits d'aujourdhui.

Nous avons préparé le projet avec notre ami et voisin Maodo Diop, ancien employé des Etablissements Peyrissac installés en 1911 dans la maison Gaspard Devès, sur le quai, propriétaire du local qu'il a racheté à Peyrissac en 1954 pour en faire la Quicaillerie Diop. Il est malhieiresement décédé avant que nous n'ayons eu le temps de réaliser le projet. Mais ses enfants ont repris l'idée avec enthousiasme et c'est donc avec eux que noius avons réalisé le projet à travers l'association Podor rive gauche, qui n'avait plus d'existence active, mais que nous avons rescucitée pour la circonstance. .

L'écomusée est donc ouvert depuis mars 2018 et Mamadou Diop, un des propriétaires du bâtiment avec ses frères et soeurs, a pris les choses en main, après s'être investi dans la réalisation et l'aménagement du local avec une fougue étonnante !

Il gère aujourd'hui le site, ajoute des produits sur les étagères, élabore des panneaux explicatifs sur les murs, discute avec ses amis podorois pour que ces derniers apportent des objets à exposer, et ça marche bien. Il accueille les visiteurs et leur raconte avec intérêt comment la quincaillerie de son père est devenue cet écomusée. 

Le projet proprement dit

Les associations Lapppôl  comptent poursuivre l'appui apporté à "L'écomusée" qui fonctionne bien, sous l'impulsion de son propriétaire et animateur, Mamadou Diop, mais qui nécessite, pour être plus atractif et utile aux visiteurs, notamment les élèves, écoliers et lycéens de Podor,  que des appuis lui soient apportés, en termes :

  • Amélioration du traitement des objets exposés et leur positionnement sur les étagères, par catégories, destination, ...
  • Réalisation de nouvelles fiches pédagogiques à afficher sur les murs
  • Rencontre des directeurs des écoles, collèges et lycée pour renforcer les liens avec l'écomusée et les visites des élèves,
  • Elaboreation de fiches de visite à l'intention des professeurs et formation de ces derniers sur les tenants et aboutissants de l'écomusée 
  • Organisation des visites avec ces derniers et les élèves
  • Recherche de partenaires pour soutenir le projet,
  • Montage de jumelages avec des sites semblables, notamment La maison Empereur, à Marseille, déjà informée de l'existence de l'écomusée de Podor,
  • ... 

Historique de la création de l'écomusée

  • Juin 2017 : formulation du projet. Discussion sur le projet avec de jeunes podorois qui se disent prêts à s'investir à fond dans sa réalisation.
  • Juillet 2017 : présentation du projet à Maodo Diop, alors hospitalisé à Richad Toll. Il se dit ravi par le projet et de pouvoir y jouer un rôle de guide, pour parler des produits qu'il y vendait quand il travaillait pour Peyrissac, puis quand il prit la relève avec sa propre quincaillerie, parler aussi des différentes qualités de gomme arabique, etc.

Trois jours après, malheureusement, M Maodo Diop nous a quittés.

  • Novembre 2017 : Les fils de Maodo Diop prennent la relève avec intérêt
  • 15 janvier 2018 : une nouvelle association Podor rive gauche est créée pour porter différents projets, dont celui de l'écomusée
  • 31 janvier / 3 février : Démarrage des travaux de démolitioin des boiseries de façade qui menaçent de tomber. Un charpentier proche de la famille Diop fait le travail. Coût de l'opération : 30 000 frs
  • 1er / 10 février 2018 : premières collectes d'objets et de documents :
  1. Emma Cissé, à Thiès, nous donne des outils de maroquinerie, une sulfateurse ancienne et un moulin à café en bois
  2. Madeleine Devès à Dakar nous donne une lampe à pétrole de mineur, des textes sur le réseau commercial de Gaspard Devès
  3. Mamadou Diop recherche des documlents dans les archives de son père et trouve des documents très intéressants sur Peyrissac et le commerce
  • 13 février 2018 : démarrage des travaux de nettoyage de la boutique. Des objets sont jetés, d'autres conservés, les plafonds sont dépoussiérés, les étagères dépoussiérées et nettoyées, les sols balayés, les comptoirs nettoyés et préparés pour être réparés, les objets à restaurer sont réunis dans un coin propre, les travaux de menuiserie sont planifiés. Nous étions 3 au départ et 7 à l'arrivée ! Le chantier attire les badauds et, on l'espère, des amis pour nous donner des coups de mains.
  • Tout s'est enchaîné avec l'équipe locale, constituée des fils de Maodo Diop, Mamadou et Seybatou, et d'un neveu, Mohamed, de membres de Podor rive gauche, Eric, Abel, Abdourahmane Niang, Sidi Cherif et Emba Assane, des employés de la Maison Guillaume, des amis podorois, dont Binta Niang, très impliquée, Oumar Kane, Diakhaté, Grand père, qui ont apporté des objets ou des documents, plus des artisans, qui ont compris l'esprit du chantier et ont apporté leurs petites touches personnelles, le maçon, l'électricien, le peintre, le plombier, le carreleur, le menuisier, .....
  • 8 mars : Ouverture officieuse de l'Ecomusée. Les premiers visiteurs venus d'ailleurs (du Bou el Mogdad, pour tout dire, à quai, juste en face) entrent dans l'écomusée avec Ansou, le guide qui, rapidement, se trouve dans son élément, raconte la gomme, les tuiles, le commerce, .... , avec tout ce dont il a besoin sous la main.
  • Depuis lors : les travaux et les visites continuent. Des amis apportent de nouveaux objets, le menuisier change la deuxième porte, les fils de Maodo Diop veillent au grain. Et font le ménage, car avec le vent, c'est un peu cauchemardesque ! Mais l'aventure est belle et devrait nous amener loin. Surtout quand les collégiens et lycéens viendront avec leurs professeurs pour apprendre l'histoire de Podor sur la base des marchandises d'autrefois
  • Pendant l'hivernage une douzaine de podorois ont apporté des objets à l'écomusée, fusil de chasse, réfrigérateur à pétrole, malles de voyages, récipients doseurs, vaisselle, ....
  • Octobre 2018 : Eric Silvestre, membre de Podor rive gauche et acteur du projet de création de l'écomusée, est venu de France avecune voiture dont le coffre était à moitié rempli d'objets pour l'écomusée : lampes à pétrole, dont 5 lampes Pigeon, médicaments, affiches publicitaires anciennes, sac de voyage en cuir, bouillottes en cuivre, outils, ....
  • Novembre 2018 : l'association et Mamadou Diop s'activent dans l'écomusée pour consolider l'exposition : rangement par catégories des produits, étiquetage des étagères, lancement de l'aménagement d'unbe seconde salle d'exposition qui sera consacrée aux matériaux de construction, domaine d'activité privilégié de l'ancienne quincaillerie

      ACTUALITES

 

Si Patrick Scalbert ne nous avait pas quités en juillet dernier, emporté par la maladie, il compterait aujourd'hui parmi les fondateurs et acteurs de Lappôl France. Il en est membre d'honneur à titre posthume, et il restera présent dans nos pensées pendant de longues années. 

Lettre d'information des associations Lappôl
Lettre n°01.pdf
Document Adobe Acrobat [237.9 KB]
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Associations Lappôl France